Championnat par équipes – Journée 1 – Vendredi 27 septembre 2019

L’équipe 2 s’incline 8-6 contre Orsay 1 (15 14 11 9).

Après quatre mois d’attente interminables, l’heure d’entame du championnat a enfin sonné !

20h: arrivée à la salle, déjà plusieurs Buressois sont sur place. Le temps de dire bonjour, d’ouvrir, de déposer les victuailles, de se chambrer un peu (« Tu fais le double avec Didier ? »), et l’installation de la salle peut commencer. Les joueurs s’activent, déplacent les tables, mettent les séparations, pendant que d’autres épongent la flaque d’eau avec des serviettes en papier (opération sponsorisée par le Crédit Mutuel).

Une demie-heure plus tard, nous pouvons enfin profiter d’une belle salle en « configuration Wassim » (salle non-séparée par le filet vert avec sécurisation de l’espace flaque d’eau intégré) pour nous échauffer.

21h: Laurent, notre JA, est en place, Kristaq s’est échauffé en venant à pied et je retrouve nos deux jeunes scarabées dans le bureau, sur leurs téléphones, canette de coca à la main, signe que tout roule. La rencontre peut commencer.

Les deux premiers matchs tournent en notre faveur. Je parviens à me défaire du 14, loin d’être sereine face à son service marteau bourré de rotation très dur à contrôler. Heureusement, même quand tout va mal, on peut toujours compter sur la poussette revers pour venir à bout des adversaires les plus coriaces ! Pendant ce temps-là, Kristaq bat le 11 11-9 à la belle avec intervention spéciale de Didier à 9-9 pour que l’adversaire rate ses deux services.
2-0 pour nous.

Ensuite, Thibault fait un match solide pour venir à bout du jeune 9, pendant qu’Emilio ne parvient pas à créer l’exploit contre le leader adverse.
3-1 pour nous.

Les matchs suivants se déroulent sans surprise: Kristaq perd le 14, également en difficulté sur ses services marteau, je bats le 11, Thibault perd le 15 et Emilio perd le 9 après un beau match qui manquait peut-être un peu de prise de risque coté buressois.
4-4 avant les doubles.

Nous tentons les compos de doubles suggérées par notre mentor à tous: Emilio-Kristaq et Thibault-Mag, mais sans succès. Thibault et moi perdons contre un bon double gaucher/droitier qui prenait tout en coup droit. Thibault va devoir apprendre à donner des balles plus dures pour éviter que je me fasse exploser la tronche, si c’est pas trop demander.
6-4 pour Orsay.

Les deux coléoptères perdent le 11 (pour Thibault) et le 14 (pour Emilio). Puis Kristaq bat le 9 en décidant de se bouger au cinquième set: « Au début je croyais que ce serait facile, mais en fait non ». Et je bats le 15 11-7 à la belle, avec une fois de plus l’intervention de Didier qui va bien. Le match était plutôt calme, quand à 7-7 à la belle, mon adversaire voit surgir à côté de lui un individu douteux en provenance de la D2: « Allez Mag ! Devant ! Encore ! Tout de suite ! » L’Orcéen jette un regard interdit vers le nouveau venu et les beaux échanges ayant constitué le match jusque là laissent place à quatre fautes directes de sa part et une de la mienne (dommage collatéral). Victoire 11-8.

Finalement nous perdons 8-6, à un point du match nul, malgré la nette infériorité de notre équipe sur le papier.

La déception passée, la troisième mi-temps a repris ses droits, permettant d’éclaircir certains points et de soulever de nouvelles énigmes. Lorsque Tom a demandé à Didier ce qu’il fallait comprendre dans sa réplique d’encouragement favorite: « Tout de suite ! », il a eu sa réponse:
« Et quand je te demande d’arrêter ton service de merde, tu comprends ce que ça veut dire ? Oui ? Alors pourquoi tu continues ? »

La soirée a continué avec un débat philosophique, supervisé par notre Grec préféré: les plantes sont-elles douées de réflexion ? « Alors toi tu serais capable de mettre en place une stratégie pour gagner un match de ping, mais un arbre n’en serait pas capable, c’est ça ? » A méditer…

On a terminé avec un brainstorming sur les points à améliorer dans l’organisation: « La prochaine fois il faut qu’on ramène plus de bouffe, parce que là ça va pas du tout ! »

Rendez-vous dès la semaine prochaine à La Ville du Bois 2 (13 13 13 12). Et cette fois tentons de faire honneur à notre sponsor !

Bon weekend,

Mag

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *